Entretien de gazon et de pelouse : les fourmis

Pour beaucoup de personnes, les fourmis symbolisent l’obstination, l’organisation sociale, la communication entre les individus, la persévérance dans les tâches à accomplir, la prévoyance, etc. La fourmi est un insecte social, vivant et s’organisant ainsi en colonies que l’on nomme fourmilières.

On la connaît partout ou presque puisqu’elle est présente quasiment partout sur notre planète. La fourmi a colonisé toutes les régions terrestres à part le Groenland et l’Antarctique. Il n’est donc certainement pas rare pour vous d’en trouver sur votre pelouse ou dans votre jardin.

Les fourmis comptent plusieurs dizaines de milliers d’espèces, ce qui explique leur polymorphisme qui présente notamment diverses colorations et différentes tailles. Les plus petites pouvant mesurer 0,75 mm et les plus grandes 52 mm selon Wikipédia.

Les fourmis que nous rencontrons le plus souvent

Chez nous, la petite fourmi noire et la fourmi ravisseuse mesurent moins d’1 mm tandis que les plus grandes, comme la fourmi charpentière, peuvent avoir une taille atteignant 13 mm.

Celles qu’on retrouve le plus dans les résidences sont la petite fourmi noire, la fourmi odorante, la fourmi ravisseuse, la fourmi pharaon ainsi que la fourmi charpentière qui construisent leur nid dans le bois des habitations. Cela met en danger la structure de celles-ci.

En outre, il convient de surveiller la présence de la fourmi de pavé dans les pelouses, les jardins, les allées ou même à l’intérieur des bâtiments. Surtout en hiver, car elle peut être nuisible dans ces cas-là.

La question de la nuisibilité de la fourmi

Elle n’est pas nuisible en soi pour les plantes. On peut même affirmer, dans une certaine même mesure, qu’il s’agit d’un insecte utile ou bénéfique. En effet, la fourmi est le prédateur naturel de certains autres insectes comme les petits poissons d’argent, les papillons de nuit, la squeletteuse du bouleau, la mineuse du bouleau, la tordeuse du tremble ou encore la livrée des forêts.

Outre les larves ou les chenilles, les fourmis peuvent également s’alimenter d’autres insectes comme les vers, les araignées, les mouches, les cloportes et même le reste des corps des insectes en général. Il est également essentiel de souligner que la fourmi a un rôle de pollinisateur, en ce sens qu’elle transporte le pollen de fleurs en fleurs.

De ce fait, la présence de la fourmi devrait être tolérée autant que possible, surtout qu’elle n’endommage le jardin que de façon minime. C’est seulement dans la mesure où une colonie de fourmis prend trop d’’ampleur, c’est-à-dire quand il y a augmentation de la population de façon considérable, que celle-ci peut être considérée comme nuisible étant donné l’importance de son activité.

Les dommages que les fourmis peuvent causer pour votre pelouse

Vous l’avez sûrement entendu dire : qui dit fourmis dit pucerons ou même cochenilles. Ces premières sont friandes du miellat qu’ils produisent. Les fourmis pratiquent l’élevage intensif de ces ravageurs, les transportant d’un endroit à un autre.

Les fourmis élèvent ces ravageurs pour obtenir de leur part de la nourriture et, en échange, elles les protègent contre leurs prédateurs. Pour se débarrasser des fourmis, il convient de se débarrasser de ces ravageurs. Inversement, contrôler la population de fourmis permet d’en faire de même avec ces ravageurs que nous avons évoqués car ce sont ces premières qui les élèvent et les protègent.

Outre les dégâts que les fourmis provoquent par le biais de ces ravageurs, elles peuvent également causer directement des dommages au niveau de la pelouse. En effet, elles construisent leurs nids dans le sol, rongeant les racines et construisant des galeries en dessous. En conséquence, les brins d’herbe ne peuvent plus s’hydrater adéquatement et le gazon s’assèche.

Dans les zones concernées, des plaques de gazon s’assèchent et roussissent. Il est aussi possible de noter la présence de monticules de terre fine à ces endroits. Comme la pelouse est affaiblie et fragilisée, les mauvaises herbes ont tendance à y proliférer aisément.

Des méthodes naturelles avant tout

Vous l’aurez compris, l’élimination des fourmis n’est pas obligatoirement systématique, mais dépend de l’importance des dégâts qui sont liés, directement ou indirectement, à leur présence ainsi que du niveau de tolérance du propriétaire des lieux.

En premier temps, il est toujours préférable d’avoir recours à des méthodes naturelles avant d’envisager des méthodes de lutte plus radicales et surtout moins naturelles. Ainsi, il est d’abord préférable d’opter pour des méthodes qui consisteraient à les faire fuir Cela permettrait de préserver l’écosystème.

À titre préventif, il est possible de modifier la texture du sol en y ajoutant régulièrement du compost et du limon. Cette action aura pour effet de faire fuir la colonie car cela favorisera des conditions qui ne sont pas supportées par ces insectes. Ceux-ci préfèrent notamment les sols sablonneux.

Les mettre en fuite ou les éliminer

Dans le cas où vous n’avez qu’un nid, quelques-uns à la limite, vous pouvez l’ébouillanter à plusieurs reprises. Cette méthode ne fera pas simplement fuir les fourmis mais les éliminera entièrement si vous vous munissez de patience. Néanmoins, il ne faut pas oublier que l’eau bouillante endommage les plantes.

Une autre technique, similaire à celle de l’eau bouillante, consiste à mélanger 250 ml de piments forts et ’1 litre d’eau, de faire bouillir le liquide et de le verser directement sur le nid. En outre, étendre de la cendre de bois ou de la chaux près des zones affectées et répéter l’action après la pluie permettra également de les faire fuir. Toutefois, cette méthode ne convient pas aux plantes nécessitant un milieu acide.

Pour décimer le nid, vous pouvez également placer des pièges d’acide borique sur l’itinéraire des fourmis. Cette action consiste à mélanger du sucre en poudre et de l’acide borique à parts égales et à placer des récipients qui en contiennent sur leur itinéraire.

Les fourmis en consommeront et en ramèneront inexorablement dans leur nid, ce qui aura pour effet de les exterminer, au bout de quelques semaines, par empoisonnement. Cependant, si vous avez des enfants, même s’ils ne sont plus en bas âge, il faut être particulièrement précautionneux lorsque cette méthode est utilisée.

Limiter l’usage des méthodes non naturelles

Quand vous avez des fourmis dans votre jardin ou votre pelouse et que vous désirez en contrôler la population, il ne faut pas oublier qu’il vous faut de la patience. Tous les individus présents dans le nid ne disparaîtront pas en une seule journée.

Souvent, il faudra répéter les actions intentées avant de pouvoir en venir à bout. Autant que possible, il est préférable de ne pas recourir à des méthodes radicales et non naturelles. Certaines situations peuvent toutefois justifier l’usage de celles-ci comme des cas de graves infestations.

En alternative à des produits pesticides, qui pourraient par ailleurs être interdits dans la région où vous êtes, vous pouvez utiliser du savon insecticide au borax. D’autres insecticides peuvent également être utilisés comme ceux à base de diazinon ou de chlorpyrifos.

Il ne faut pas oublier que vous pouvez toujours vous en remettre à une compagnie d’entretien de gazon. Pour être prudent, vous pouvez également éviter d’attirer l’attention de ces insectes, par exemple, en cessant d’éparpiller des miettes partout et en stockant vos aliments sucrés dans des contenants hermétiques.