Entretien de gazon : le pissenlit

Qui ne connait pas le pissenlit (Taraxacum officinale) ? Aussi appelé communément dent-de-lion, c’est une plante champêtre dont la dissémination se fait par le biais du vent. Probablement une des plantes champêtres les plus connues, le pissenlit se retrouve, entre autres, dans les champs, les potagers, les clairières, les prairies, les bois clairs, les chemins ou encore les talus.

Le pissenlit est une plante facilement reconnaissable. En effet, en période de floraison, la plante se dote d’une grosse fleur en pompon, de couleur jaune vif, qui, à maturité, donne des graines (akènes) de forme de fines aigrettes. En dehors de la floraison, il est également facile de distinguer le pissenlit des autres plantes champêtres grâce à la forme très découpée de sa feuille.

Des caractéristiques propres au pissenlit

À part la couleur jaune vif des fleurs et la forme très particulière des feuilles qui sont aussi allongées et de couleur vert foncé, d’autres caractéristiques sont également attribuables au pissenlit dont des bractées à la place des sépales en guise de protection pour le capitule.

Le pissenlit est doté de tige duveteuse d’où coule un liquide blanc (du latex) quand celle-ci se casse. Par ailleurs, la tige en elle-même ne porte pas de feuilles car la base des feuilles se trouve à la base de la tige, au niveau du sol.

Autre caractéristique du pissenlit, ses fruits secs, les akènes, se dotent de petits parachutes, s’envolant dans les airs quand on souffle dessus, d’où la dissémination par le vent. Quant aux racines, elles sont du type pivotant, s’enfonçant verticalement dans le sol et pouvant aller jusqu’à 2 mètres de profondeur.

Le pissenlit : une plante qui se mange et qui se boit

Pour ceux qui l’ignoraient auparavant, le pissenlit est une plante qui peut se manger. Par ailleurs, on peut fabriquer du vin à partir des fleurs et celles-ci donnent également de la cramaillotte, du miel de pissenlit, en étant infusées dans du sirop de sucre. En outre, on peut aussi obtenir des marinades avec les boutons floraux.

Les jeunes feuilles, les plus tendres, peuvent être utilisées pour préparer de la salade, l’amertume de celles-ci s’alliant harmonieusement au goût des lardons grillés ou encore à celui du fromage de chèvre crémeux.

Également, on peut consommer le pissenlit de façon assez similaire à la consommation d’épinards, comme légume d’accompagnement : on peut le blanchir très vite à l’eau, le poêler ou encore l’ajouter à la fin de la cuisson pour mitonner une bonne soupe avec d’autres légumes. Il est préférable de cueillir les feuilles dès leur sortie de terre et jusqu’à l’apparition des boutons floraux.

Le pissenlit : des vertus thérapeutiques

Par ailleurs, il convient de souligner que le pissenlit est enrichi en vitamines B, C, D et K, en antioxydants et en différents minéraux et vitamines comme le fer, le calcium, le cuivre, la silice, le manganèse et le potassium.
Le pissenlit n’est pas seulement une plante comestible puisqu’on lui connait également des vertus thérapeutiques. C’est ainsi qu’il est notamment considéré comme un bon diurétique et qu’on lui attribue également des vertus dépuratives.

On considère, par ailleurs, qu’il a le pouvoir de redonner de l’appétit à un sujet mais aussi de lutter contre les problèmes cutanés comme la dermatose et les maladies de la peau ainsi que d’autres affections et atteintes comme les cors ou encore les verrues.

Une plante indésirable dans la pelouse ou le gazon

Malgré ces vertus que nous venons de citer, le pissenlit est considéré comme une mauvaise herbe. D’ailleurs, on n’en parle pas comme d’une mauvaise herbe à cause de ces vertus mais parce que cette plante vivace, dont la dispersion des graines se fait très facilement par le biais du vent, pousse un peu partout et très vite et qu’elle est tenace et très envahissante.

Il convient de souligner que le pissenlit repousse facilement quand la racine n’a pas été bien arrachée. En effet, même si cette plante n’a qu’une seule racine, celle-ci est réellement tenace. Ceci étant, il en va du goût de chacun. Et même s’il n’est généralement pas question d’une moquette parfaitement verte comme pour un terrain de golf, vous avez la possibilité de limiter la présence de ces plantes mais aussi celle des autres mauvaises herbes sur votre pelouse.

Des méthodes naturelles et surtout manuelles

Les plus gourmands ou ceux qui ont des lapins pourront les couper au fur et à mesure pour les manger ou les donner à manger aux lapins. Évidemment, les pissenlits ne manqueront pas de repousser si les racines n’ont pas été arrachées mais il faut tout de même les couper avant que les fleurs ne deviennent des graines.

Il est également faisable de les couvrir d’assiettes renversées ou de ronds de plastiques noirs pour les blanchir au bout d’environ quinze jours. Pour les arracher et pour couper les racines, au moins à 20 cm de profondeur, vous pouvez utiliser un grand couteau de cuisine, un couteau à désherber ou une gouge à asperges. Cette méthode vous permet également de les consommer par la suite.

Contrôler la présence des pissenlits requiert véritablement de la patience. En effet, les méthodes de base, pour y arriver, les plus écologiques, sont des méthodes manuelles. Ainsi, vous pouvez utiliser une gouge à asperges ou un couteau à désherber pour les arracher avec les racines.

Il ne faut pas oublier que plus les racines arrachées sont longues, plus les risques de repousse sont minimisés. Également, même si vous pouvez les arracher tout au long de l’année, il est préférable d’effectuer le travail sur un sol humide et avant l’aération du sol, ce qui facilite l’arrachage car il s’agit d’un travail « de longue haleine ».

Cependant, pour un travail moins éreintant, il est maintenant possible d’acquérir un sarcleur à pissenlit, connu également sous l’appellation tire-racine. Quel que soit l’outil utilisé, plusieurs arrachages successifs permettront d’épuiser la racine et de faire disparaitre le pied de pissenlit.

D’autres trucs et astuces

D’autres astuces permettent d’éliminer les pissenlits et les autres mauvaises herbes, la patience étant de mise, bien évidemment. Ainsi, si vous avez cuit des pommes de terre, versez l’eau de cuisson sur ceux-ci car il s’agit d’un excellent désherbant.

Autre méthode écologique, vous pouvez également faire bouillir de l’eau de pluie pour la verser sur les pissenlits afin de les tuer. À la suite de ces actions, vous pourrez désherber manuellement ou avec un outil qui vous gardera de vous pencher en effectuant le travail.

Dans le cas d’un désherbage thermique, vous pouvez vérifier les pissenlits à maturité et les brûler au chalumeau pour éviter qu’ils ne se ressèment par la suite. Cependant, si les méthodes sont efficaces, le fait que vos voisins « gardent » leurs pissenlits vous expose au risque d’en avoir encore dans votre pelouse.

De ce fait, si vous vous trouvez dans l’obligation d’utiliser un produit désherbant, il est recommandé de prendre quelques précautions. Ainsi, vous pouvez utiliser un cache herbicide pour épargner les plantes voisines.

Vous pouvez également appliquer le produit en traitement localisé, en utilisant un pistolet vaporisateur ou même une seringue munie d’une aiguille, ce qui peut toutefois rendre le travail encore plus laborieux.

N’oubliez pas, il est toujours avantageux d’avoir à vos côtés une compagnie d’entretien et de traitement de la pelouse qui saura vous conseiller et effectuera certains travaux à votre place, selon le contrat que vous avez signé.