La pyrale des prés : Insectes nuisibles dans les pelouses du Québec

Des larves plus nuisibles

Parmi les insectes qui peuvent être attirés par votre pelouse, il y a la pyrale des prés. Même si elle n’est pas directement nuisible pour celle-ci au stade adulte puisqu’elle ne l’endommage pas, elle peut tout de même être une menace pour la pelouse et vous allez comprendre pourquoi.

 

Au stade larvaire, la longueur du corps de la pyrale des prés peut aller jusqu’à 2 cm. Celui-ci est de couleur havane ou beige et pointé de taches bruns. Les larves ou chenilles s’alimentent de la base des feuilles et des tiges de la pelouse, ce qui entraine la mort du gazon à ces endroits même si le système racinaire reste quand même en place.

Également, elles sont nocturnes, ne s’alimentant donc que la nuit, et se cachent pendant le jour. Pour ce faire, elles creusent des tunnels dans la chaume ou même dans le sol, tapissant lez tunnels ainsi créés avec une matière qu’elles produisent. C’est dans ces tunnels de soie qu’elles emportent les brins d’herbe qu’elles coupent pour les y manger.

Se méfier en présence des adultes

Arrivée au stade adulte, généralement vers la fin du mois de septembre, la pyrale des prés mesure de 1/2 à 2 cm de longueur. C’est un petit papillon nocturne havane qu’on retrouve en train de voleter en zigzaguant sur la pelouse la nuit pendant le printemps, émergeant de la pelouse vers mai ou juin. Comme nous l’avons évoqué auparavant, la pyrale des prés adulte n’endommage pas la pelouse mais ce n’est pas le cas pour les larves ou chenilles.

En effet, à leur sortie des œufs pondus par les adultes au hasard dans la pelouse, ces larves commencent à s’alimenter immédiatement. Ainsi, si vous en voyez au-dessus de votre pelouse, il est essentiel de débuter un traitement curatif. Le traitement préventif étant inexistant, les dommages causés par les larves peuvent apparaitre trois semaines après leur apparition.

Ces dommages se constatent surtout à la fin août et accroissent en septembre, le gazon devient jauni ou bruni par plaques et s’arrachent aisément. Cela peut faire penser à des dommages causés par la sécheresse.

Néanmoins, il n’est pas très difficile de faire la différence car en levant les plaques de gazon mortes qui s’arrachent en touffes, on découvre un mélange de masses de soie, d’excréments de larves et de particules de terre.

En l’absence d’intervention, les plaques de gazon jauni prennent de plus en plus d’ampleur et la situation peut aboutir à la destruction complète de la pelouse, étant donné que le nombre d’individus ne cessera d’accroitre.

Agir rapidement

Comme nous avons déjà pu l’entrevoir auparavant, il n’existe pas de traitement préventif en ce qui concerne la pyrale des prés, à part le fait de déchaumer et d’aérer la pelouse au printemps. Ainsi, il est essentiel de guetter la présence des adultes.

 

Ceux-ci s’envolent du gazon en étant dérangés par votre passage. Il convient aussi de vérifier très tôt l’apparition de plaques suspectes, de formes irrégulières et brunâtres (petites au début), pour pouvoir entrer en action rapidement.

Par ailleurs, il convient de souligner que le contrôle de la population est plus facile lorsqu’on intervient rapidement. Il faut agir quand les larves sont encore à leurs premiers stades car il est plus difficile de contrôler la population quand les larves commencent à devenir adultes.

Également, il est à noter que la pyrale des prés aime particulièrement le pâturin du Kentucky (aussi appelé pâturin des près), le ray-grass, la fétuque fine et élevée (genre de graminées) ainsi que d’autres herbes à gazon en tant que plantes hôtes. S’il vous semble que des individus ont commencé à s’installer dans votre pelouse, n’hésitez pas à faire appel à votre compagnie d’entretien et de traitement du gazon ou d’en contacter une.

Ayant les compétences nécessaires pour ce faire, les professionnels sauront confirmer leur présence ou même l’infestation de votre pelouse et pourront vous conseiller quant au traitement à réaliser ou même s’occuper dudit traitement à votre place.

De bonnes pratiques d’entretien pour une pelouse plus robuste

Les bonnes attitudes d’entretien permettent d’avoir une pelouse en bonne santé, non stressée et plus robuste face aux agressions extérieures. Ainsi, même s’il n’existe pas de traitement préventif à proprement parler en ce qui concerne la présence de la pyrale des prés dans votre pelouse, les pratiques d’entretien suivantes ne pourront qu’aider cette dernière.

À l’évidence, une tonte très courte permettra de révéler les symptômes beaucoup plus rapidement en comparaison aux tontes plus hautes. Cependant, une telle pratique ne manquera pas de stresser votre gazon. De ce fait, il est préférable de garder une hauteur de tonte à 5 cm.

Et si vous constatez que les dommages sont importants en fin d’été et que vous avez décidé d’appliquer un insecticide, il est préférable de ne pas tondre votre pelouse dans les jours qui suivent cette application.

En outre, il est recommandé d’arroser votre pelouse de manière régulière. Au printemps, il est préférable de ne pas faire l’impasse sur l’aération du sol, car ceci permettra la décomposition du chaume avant de procéder au déchaumage. Le déchaumage permettra de vous débarrasser du chaume en excès qui favorise la présence des insectes.

Quelques actions que vous pouvez réaliser

Si vous faites face à la présence de pyrale des prés au niveau de votre pelouse, il est fort probable que vous décidiez de procéder à un réensemencement. Pour ce faire, optez pour des variétés résistantes, telles que les graminées enrichies en champignons endophytes qui les rendent indigestes.

 

Également, vous avez la possibilité de procéder à une application de nématodes pour parasiter les larves ou à l’utilisation du Bacillus thuringiensis (Bt). Pour cette seconde option, il est préférable d’attendre deux semaines après l’apparition des individus adultes.

Parmi les produits qui permettent de contrôler la population de pyrales des prés, on peut également noter la chaux ou la farine de seigle en ce sens que l’épandage de ceux-ci permet de tuer les larves par asphyxie. Il convient de souligner que l’année suivant l’infestation, même s’il peut vous sembler que les papillons ne sont plus présents, il est préférable de procéder à un traitement lors du printemps.